Femmes, juges, justiciables : ensemble pour sauver la justice

Ce 20 mars 2019, dans le cadre de l’action “66 jours pour sauver la justice”, des associations de magistrat.e.s, soutenues par divers représentants du monde juridique, judiciaire et associatif, se mobiliseront pour alerter la société civile et les autorités politiques : la justice, en tant que structure et service, est en déliquescence. Demain notamment, 66 jours avant les élections législatives, il s’agira de rappeler à toutes et tous qu’il y a là un enjeu fondamental pour notre société.

Fem&L.A.W., avec La Voix des Femmes, l’Université des Femmes et Vie féminine s’associent à cette mobilisation.

En tant que juristes et citoyennes, nous constatons l’ampleur des dégâts que causent les choix politiques qui sont actuellement posés en la matière : du point de vue des professionnel.le.s, il est devenu difficile voire impossible de travailler sereinement et correctement à l’une des fonctions essentielles de l’Etat ; du point de vue des justiciables, il est devenu difficile voire impossible de faire entendre sa cause dans des conditions et un délai raisonnables.

En tant que femmes et féministes, nous constatons qu’aujourd’hui, les femmes se rangent parmi les premières victimes du définancement de la justice et de sa déliquescence généralisée.
Quant à leur accès à la justice, d’une part : majoritaires parmi les personnes les plus défavorisées, les femmes sont de moins en moins en mesure d’agir en justice ; majoritaires parmi les victimes de violences, elles souffrent directement du manque de moyens accordés aux services d’accueil, de prise en charge et de traitement des plaintes, dossiers et personnes.
Quant à leur exercice de la justice, d’autre part : si l’on se réjouit que les professions judiciaires se féminisent partiellement, on observe par ailleurs une détérioration générale des conditions de travail et de la valorisation de cette activité professionnelle ; autrement dit, il est un peu moins difficile qu’avant de faire une carrière judiciaire, pour les femmes, mais cette carrière est… plus difficile qu’avant, pour toutes et tous.

Ceci n’est pas une fatalité. Il est (encore) temps d’agir, de donner à l’appareil judiciaire les moyens de rendre une justice de qualité, ouverte à tous et toutes.

En solidarité avec toutes et tous les professionnel.le.s de la justice, en solidarité avec toutes et tous les justiciables, nous serons présentes à 11h30, le 20 mars 2019, dans la Salle des Pas perdus du Palais de Justice de Bruxelles, aux côtés des associations organisant cette mobilisation.

D’autres événements ont lieu, à Bruxelles et dans les autres arrondissements judiciaires, le 20 mars et ensuite.

66 jours pour sauver la Justice


#Justice pour toutes, #sosjustice, #66jourspourmesdroits

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email